Un espace pour soi

« Nous croyons que notre guérison est une question de temps. Nous nous trompons : elle est une affaire d’espace ; elle dépend du lieu intérieur dans lequel nous nous situons. Si notre conscience se trouve dans l’espace de souffrance en nous, il est vain d’espérer qu’en ce lieu elle cesse un jour de souffrir. Mais au prix d’un petit déplacement, elle peut se trouver, instantanément, en un lieu étranger à la souffrance. Ce n’est pas une affaire d’évolution, c’est une décision ici et maintenant. La difficulté vient d’un paradoxe : se trouver hors de la souffrance suppose d’accepter la souffrance. L’obsession de faire cesser la souffrance nous maintient en effet dans un lieu de tension qui est l’espace même de la souffrance. Raidis contre l’éventualité de la douleur, tendus vers des causes de soulagements et des opportunités d’anesthésie, nous nous maintenons à la périphérie de nous-mêmes, où, coupés de notre centre vivant, nous ne pouvons qu’être mal. Au contraire, l’acceptation de nos sensations, ici et maintenant, par la détente intérieure qu’elle suscite, nous dépose en ce lieu le plus intérieur de notre être où la souffrance n’est tout simplement pas. »
Denis Marquet – extrait d’un article